Ma Photo

novembre 2007

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    

A votre disposition...

  • Kitty Lequesne et moi-même sommes à votre disposition pour vous rencontrer les samedi 8 et 22 décembre de 9h à 13h au siège de l'UMP, ainsi que le samedi 5 janvier.

Pour me contacter

  • UMP Isère
    9 place Paul Vallier
    38000 Grenoble
    -
    Ouvert par des militants bénévoles du Lundi au Vendredi de 9h à 19h et le Samedi de 9h à 12h
    -
    Tél: 04 76 54 03 53
    Fax: 04 76 42 46 18

« Une foire d'Art contemporain | Accueil | Quand les Verts réclament la transparence... à Paris... »

12 février 2007

Commentaires

Non à Destot !

On peut s'étonner à Grenoble d'avoir de moins en moins d'espaces verts alors qu'il n'y a jamais eu autant d'élus écologistes au Conseil municipal de Grenoble et dans l'équipe municipale de Michel Destot.

Véronique.Merveau

La mairie de St-Ismier n'a qu'à réaliser une consultation populaire auprès de la population... après avoir informé et communiqué les avantages et les inconvénients de chaque projet... on est certain à partir de cette initiative que tout le monde à eu droit à la parole et a été entendu...

Sophie Lafarde

Les élus écologistes à Grenoble sont là uniquement pour le pouvoir car quand on regarde près leur bilan, il n'y a pas de quoi être fière : toujours plus de pollution, moins de transports en commun (bus), moins d'arbres, pas de programme ambitieux sur le développement durable, pas d'éducation à l'écologie...

Ces élus sont uniquement écologistes ur leur étiquette politique mais pas dans les actes, que des promesses sans lendemain.

Saint-Ismier avenir

Le problème à Saint-Ismier, c'est que les réunions publiques organisées par la mairie ne sont pas des réunions de concertation, mais de simples réunions d'information sur des projets déjà bouclés.Trop souvent on découvre tardivement, surtout pour les non initiés à la chose publique,les conséquences des décisions des élus.
Par exemple, entre autres, le coefficient d'emprise au sol de 10 % dans la zône UBa (le plus bas de France ?) ce qui rend impossible les extensions de plain-pied. Même les élus n'avaient pas prévu les conséquences d'une telle décision.

l

Pierre.L

Effectivement, je ne vois pas d'autres solutions que d'organiser une consultation par référundum local... c'est la moins mauvaise des solutions !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Le site de l'UMP 38